14 Novembre : Journée mondiale du diabète

14 Novembre : Journée mondiale du diabète Le 14 novembre est la Journée mondiale du diabète. En Belgique, le nombre de patients diabétiques est estimé à 500 000. On soupçonne que la moitié d’entre eux ne savent même pas qu’ils souffrent de la maladie. Néanmoins, le diabète peut entraîner de graves complications. Afin d’éviter les problèmes, il est préférable de faire attention à temps !

Qu’est-ce que le diabète ?
Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit plus suffisamment d’insuline ou quand le corps ne parvient plus à utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. Quand nous absorbons des glucides, ceux-ci sont digérés dans l’intestin et sont transformés en glucose. Ce glucose passe des intestins dans le sang où il circule dans tout le corps pour aller approvisionner nos organes et tissus en énergie. L’insuline est l’hormone produite par le pancréas pour traiter ce glucose. Elle agit comme une clé en permettant au
glucose présent dans le sang de pénétrer dans les cellules
qui pourront alors l’utiliser comme source d’énergie.
Le glucose n’est donc plus capté par les cellules et reste en quantité plus ou moins importante au niveau sanguin, c’est ce qu’on appelle l’hyperglycémie.

Deux types de diabètes
Le type I (environ 10 % des patients) apparait le plus souvent dans l’enfance, mais peut aussi toucher les adultes. Dans ce cas le pancréas est attaqué par nos propres anticorps et ne fonctionne plus de manière optimale. Le patient doit alors recourir à des injections quotidiennes d’insuline. Ce diabète est qualifié «d’insulinodépendant».
Le type II, qui est beaucoup plus représenté dans la population, est le résultat de deux phénomènes :
• Diminution de la sensibilité du pancréas à l’insuline,
«l’insulinorésistance». Celle-ci est engendrée par plusieurs facteurs, comme l’obésité ou les prédispositions génétiques.
• Diminution de la production d’insuline : ceci résulte de
«l’hyperinsulinémie». Au cours du temps, le pancréas doit produire cette hormone davantage pour fournir le même résultat. Le pancréas se fatigue et ralentit sa production.
Ce type de diabète est généralement observé chez les adultes d’une quarantaine d’années, mais depuis l’augmentation de consommation d’aliments sucrés, ce phénomène peut commencer dès l’enfance !
Une médication sera souvent nécessaire pour aider votre organisme à gérer son glucose. Dans un premier temps, avec des antidiabétiques oraux et, si évolution de la pathologie, le patient diabétique de type II devra passer, tout comme le type I, à des injections quotidiennes d’insuline. Quoi qu’il en soit, le type I comme le type II devront suivre un régime approprié et des mesures hygiéno-diététiques. Ceci dans le
but de maintenir un niveau constant d’insuline et un poids optimal.
On peut donc être diabétique sans le savoir, et ce, depuis des années.
Comme mentionné plus haut, la moitié des diabétiques de type II ne savent pas qu’ils sont atteints par cette pathologie. Plusieurs symptômes doivent vous alerter et vous pousser à consulter votre généraliste ou à en discuter avec votre pharmacien :
• Une envie fréquente d’uriner et une soif excessive.
• De la fatigue, un manque d’énergie, un manque d’intérêt
et de concentration.
• Une perte de poids.
• Des picotements, des engourdissements ou une
sensation d’insensibilité dans les mains ou les pieds.
• Une vision floue.
• Une lente guérison des plaies (exemple: le pied
diabétique).
• Des infections fréquentes.
• Des vomissements et douleurs stomacales (symptômes
souvent confondus avec la grippe).
Le dépistage du diabète ?
Le test de dépistage se fait par une prise de sang à jeun.
Si les résultats montrent une glycémie ≥ 110 mg/dl, une autre prise de sang à jeun est réalisée pour confirmation.
Si lors de cette deuxième prise de sang, la glycémie est ≥ 126 mg/dl, la personne est considérée comme diabétique. Si lors de l’examen, on constate une anomalie (un prédiabète = la glycémie est alors comprise entre 110 et 125 mg/dl) ou en cas de diabète de grossesse,
il est conseillé de réaliser ce dépistage tous les ans.

Si vous souhaitez en savoir plus, consultez www.diabete.be